Comment réconcilier performance et bien-être grâce au coaching professionnel

Par | 11 décembre 2013

Je recherchais des renseignements sur le coaching professionnel et j’ai surfé jusqu’au site de Céline. Sa spécialité c’est le neuro-coaching, et en lisant sa page d’accueil j’ai vraiment été surpris par ce type d’approche pour faire tourner son entreprise tout en étant serein et en assurant son développement personnel.

J’ai contacté Céline pour lui demander une petite interview  ainsi que sa biographie pour en savoir plus et aussi pour vous faire connaitre ce genre de coaching professionnel.

Je n’étais pas sure que cet article soit approprié au thème de mon blog, j’ai mis longtemps à me décider à le publier.  Je me suis dit qu’un peu d’information  pour les patrons ou futures entrepreneurs  sur ce genre de coaching ne peut que faire du bien car il faut savoir que l’ont peu concilier travail, entreprenariat et bien être.

C’est l’histoire d’une femme qui voulait changer son quotidien qui ne l’enthousiasmait plus. Voici le parcours de Céline pour elle-même concilier son travail et son bien être.

 Coaching professionnel entreprise

Courte Biographie de Céline Renaud, experte auprès des dirigeants authentiques pour réconcilier performance et bien-être.

Coach et Neuro-Coach certifiée et accréditée par L’ICF et L’IPNC, avec plus de trente cinq ans d’expérience dans les domaines de la finance, de la gestion et des affaires, j’ai eu le privilège de développer une expertise reconnue comme gestionnaire, puis comme consultante et coach professionnelle de haut niveau dans le développement des individus et des organisations.

Défis, créativité, développement des compétences et communications ont pavé mes expériences et mon parcours professionnel. Mon approche d’intervention en est une de « partenaire » qui vise l’atteinte du plein potentiel, et s’appuie sur des méthodes puissantes prenant leurs sources  du coaching, du Neuro-Coaching Guy Hauray, du Management par le Flow, et de la Méthode ESPERE®  de Jacques Salomé.

Mon attrait irrésistible pour les relations humaines, ma foi dans les capacités de chaque individu d’atteindre son plein épanouissement et ma fascination pour les multiples pouvoirs du cerveau humain m’ont tout naturellement portée vers la formation et la pratique du Neuro-Coaching.

Permettre à l’individu de sortir de sa prison psychique en déjouant le mental et découvrir ses propres repères symboliques, amenant ainsi une prise de conscience en douceur et engageant de  nouveaux réflexes sans douleur, sont quelques-uns des points forts du Neuro-Coaching. L’efficacité des outils, la stratégie utilisée et les résultats atteints avec cette méthode m’ont séduite et m’ont donné le goût d’en faire profiter les autres.

Aujourd’hui, j’ai pour objectif de mettre à contribution mes forces et mon expertise au profit d’autrui. J’ai conçu le programme Re-Know pour mieux se connaître, se  re-connaître et Être.

Ma mission est d’accompagner les personnes et les organisations.

Par mon  accueil et mon approche créative vous apprenez à entendre, à reconnaître et à mettre en commun votre raison d’être. Je vous aide à découvrir et à réaliser vos aspirations, à allier performance et mieux-être, afin de créer une vie en harmonie avec votre unicité et vos valeurs profondes.

N’hésitez pas à prendre contact sur son site: Coaching professionnel avec Céline Renaud

Le coaching professionnel de Céline Renaud pour concilier bien-être et performance

Coaching professionnel avec Céline Renaud

 

Coaching professionnel en questions/réponses

1.       Comment vous décririez-vous ?

Une femme de cœur, une femme qui a une grande sensibilité aux autres et qui est capable d’accueillir l’autre dans sa différence, dans sa souffrance, dans sa potentialité. Je dirais aussi qui est passionnée de la vie, curieuse, qui a soif d’apprendre et d’améliorer son bien-être et le bien-être de ceux qui l’entourent.

2.       Quelle est votre mission ?

Ma mission est d’aider les autres à s’entendre, à se comprendre, et surtout à aller chercher le meilleur d’eux-mêmes pour qu’ils se réalisent enfin dans leur facilité de vie, dans leur joie de vie, dans leur essentiel, autant pour les individus qu’auprès des organisations. J’ai un rôle pivot au sein des organisations, des associés, des familles, des employés, des employeurs… C’est bien plus qu’un rôle de médiateur, parce que j’établis avec chacun d’entre eux une relation de confiance, donc je suis au cœur des préoccupations de communication.

3.       Quelle est votre formation, votre certification ?

Je suis une fille de la base qui a commencé dans une institution financière à l’âge de 16 ans, et qui s’est formée d’abord sur le terrain. Par la suite j’ai obtenu un MBA en Service Financier Spécialisé et suivi une multitude de formations dans le Coaching, le Neuro-coaching, la Communication Relationnelle, et l’Ingénierie des Croyances de Base. Toutes ces formations-là ont d’abord été utiles dans ma quête personnelle de sens pour découvrir qui j’étais.

4.       Parlez-nous de votre parcours : comment en êtes-vous arrivé au coaching professionnel ?

En fait, c’est plutôt le coaching qui m’a choisi. Je dis souvent qu’on ne devient pas coach, on nait, on vient au monde coach et par ceci je m’explique : moi, c’est par mes interactions avec mes collègues, des amis, des gens dans mon réseau que je l’ai découvert. J’étais coach mais je ne le savais pas. Les gens me disaient « Céline j’ai besoin d’aller manger avec toi, j’ai besoin de voir clair, te souviens-tu la dernière fois quand tu m’as dit telle ou telle chose… ».

Sincèrement je ne m’en souvenais pas. Donc ce sont les gens qui m’ont fait voire que je leur apportais ma présence et mon point de vue, mon regard neuf, que je leur apportais une différence ou un éclairage nouveau dans leurs préoccupations, et c’est comme ça que ça a commencé. Par la suite j’ai occupé des postes de gestionnaire et c’est là où j’ai commencé à entrevoir le rôle de coach, mais pas pour moi.

J’ai surtout entrevu le rôle de coach pour mes besoins parce qu’en tant que gestionnaire je trouvais ça très difficile. J’étais dans une grande organisation, et c’est là que j’ai commencé à rechercher un accompagnement pour m’aider à passer au travers. Par la suite j’ai exploré les avantages d’être accompagnée, de sorte que maintenant j’aime être accompagnée dans les différentes étapes de ma vie, et dans les différents choix que je fais. J’ai découvert que beaucoup d’autres personnes avaient ce même besoin.

Je me consacre donc maintenant à travailler avec les gens qui veulent se reconnaitre dans leurs valeurs, par le chemin qu’était ma longue quête de sens. Toute cette expérience-là je peux maintenant la mettre à profit, et c’est ainsi que j’ai créé le Programme Renaud. Ce sont les meilleures pratiques que j’ai découvertes tout au long de ma quête, pour arriver plus rapidement à l’essence de qui on est, pour enfin se réaliser pleinement, et surtout pour offrir qui on est, et pour proposer de l’aide à ceux qui ont les mêmes besoins que nous.

5.       Que vous apporte le coaching professionnel ?

Je me considère privilégiée de pouvoir aller au plus profond de l’individu que j’accompagne avec toute sa confiance. C’est précieux pour moi la confiance que les gens m’accordent. Je dirais aussi que c’est avant tout de permettre à l’autre de s’entendre à partir de mon cœur. Pour moi, ma présence auprès d’eux ça n’a pas de prix. Célébrer avec eux quand je les vois progresser, et surtout aller dans une paix intérieure et dans le mieux-être, je suis tellement fière pour eux autres et c’est ce qui me stimule énormément !

6.       A qui s’adresse votre coaching professionnel; entreprises ou particuliers, groupes ou individuel ?

Mon coaching s’adresse à des dirigeants extrêmement engagés, prêts à changer, authentiques, et qui vont tout mettre en œuvre pour réussir. Que ce soit un dirigeant d’entreprise ou un dirigeant au niveau organisationnel, c’est la même chose. Je travaille toujours dans le même sens mais tout le temps à partir de la tête, parce que ma croyance est que s’il n’y a pas de changements en haut il ne peut pas y en avoir en bas. Ce que j’aime tout particulièrement c’est œuvrer avec l’individu et ensuite multiplier l’impact des changements de cet individu au sein de son couple, au sein de sa famille, au sein de l’organisation…

7.       Qui peut faire appel à vous ?

Toute personne désireuse de changer, de mettre en œuvre le chemin que je propose. En fait c’est un chemin où c’est l’individu qui guide, ce n’est pas moi qui le guide. On a une trame, mais la trame c’est un genre de chemin identifié et il y a beaucoup de flexibilité. Alors en fonction de la personne, du niveau d’éveil et de l’engagement où elle est rendue, on va faire le pont pour l’emmener vers quelque chose de mieux.

8.       Choisissez-vous vos clients ?

C’est certain que je choisis mes clients, et je le dis sans aucune prétention. C’est tellement précieux la relation coach/coaché que je ne peux pas me permettre de ne pas les choisir. Nous devenons partenaires, ça va même au-delà du partenariat ; c’est une confiance dans l’âme je dirais, parce qu’ils me livrent des choses qu’ils n’ont jamais dites à personne, et combien de fois ils me disent : « Ca Céline, t’es la première à qui je le dis, je n’ai jamais osé le dire». Alors, je suis un peu un réceptacle. Ça vient atterrir et ça doit rebondir de la bonne façon pour que ça retourne chez eux et amplifier l’action positive qui va suivre. Alors la chimie qu’on a entre nous deux, les affinités, autant pour l’individu coaché que pour moi, c’est fondamental. Fondamental !

9.       Sur quels critères les choisissez-vous ?

Les critères ne sont pas au niveau mental. Ce sont vraiment des critères de l’ordre du ressenti, de l’intuition, et du 6ème sens. Donnez-lui le nom que vous voulez, de toute façon ce sont des choses qu’on ressent tout de suite en présence ou en entendant la voix de l’autre personne.

10.   Qu’attendez-vous de votre client ?

J’attends de mes clients qu’ils s’engagent. Quand je dis qu’ils s’engagent, je ne dis pas qu’ils me suivent les yeux fermés ! Pour moi s’engager veut dire que je propose des choses, et si t’es en accord c’est parfait. Si t’es en accord, on s’engage et on avance dans ce chemin-là. Si tu n’es pas en accord on en discute et tu me fais des propositions. On négocie ensemble avec l’expérience que j’ai et ton senti, ton vécu, on va avancer dans quelque chose qui va pouvoir t’aider.

Et c’est possible, je l’ai déjà vu, que la personne me dise : « Ca je n’en suis pas capable pour l’instant ». Tout dépend à quoi la personne veut s’engager, ça peut faire toute la différence. Il m’est arrivé avec certains clients de sentir qu’on était en période latente, qu’il n’y aurait pas de résultats s’il n’y avait pas un chemin qui se prenait. J’ai osé finalement lui dire : « Ben écoute, si c’est comme ça, si ce qu’on regarde ensemble tu y trouves mille et une défaites, je pense que ce n’est pas le moment pour nous et je te conseille qu’on arrête ça pour l’instant et que tu reviennes à partir du moment où tu seras engagé à faire un pas de plus en avant. » J’adore les positionnements clairs.

Je trouve que c’est d’une puissance extraordinaire. A partir du moment où j’ai accepté qu’il ne veuille pas aller plus loin, ça a été un tremplin pour lui. Il y a eu une prise de conscience immédiate, quasiment dans la seconde, et ça a été un point de bascule dans notre cheminement. Je dirais que ça l’a propulsé dans son essence, dans son talent unique, et cela d’une manière incroyable. En tout cas j’ai été la première extrêmement surprise. Ce  n’était pas la première fois que je me positionnais de cette façon-là, mais c’était la première fois que le résultat en a été aussi immédiat et aussi continu dans le temps.

11.   Quelle aide apportez-vous plus particulièrement ?

C’est certain que mon chemin à moi c’était le chemin de me reconnaître et de connaître ma valeur. De passer de la « sur-performance » à la « pair-formance ». C’est vraiment de travailler dans le plaisir et la performance sans pression. J’ai fait la rencontre Flow en 2004 et à partir de ce moment-là mes actions ont toujours été dirigées de façon à offrir le meilleur de moi-même et être de plus en plus dans mon essence.

J’ai fait beaucoup de formations, ça a peut-être été plus long que la moyenne dans le sens où comme je voulais accompagner les dirigeants j’avais quand même beaucoup de choses à travailler de mon côté. J’appelle ça « décontaminer mon terrain personnel », parce que quand t’es en relation et t’es en accompagnement avec des gens, si t’as pas fait un ménage assez important, t’es trop souvent dans le réactionnel. Ça a donc été une longue période où j’ai travaillé mon terrain en même temps que j’accompagnais.

Quand t’accompagnes des gens, ce n’est pas une relation à sens unique, c’est une relation où on grandit tous les deux. Accompagner des dirigeants, c’est une opportunité de grandir en accéléré. De plus, pour la femme curieuse et ouverte sur le monde que je suis, c’est une opportunité pour avoir une vue panoramique sur le monde des affaires aussi.

12.   Quels outils utilisez-vous ?

En fait, ce qui me démarque beaucoup, c’est que j’ai un mental extrêmement fort et un égo très, très, très présent. Bien que je n’étais pas une fille très compétitive, la compétition était interne et était avec moi-même. J’ai travaillé très fort, jusqu’au jour où même un psychologue m’a dit « Céline, bon, je ne peux plus avancer avec toi, t’en sais probablement plus que moi. Ton défi n’est pas de savoir, ton défi est de l’intégrer dans ton corps. » Et c’est à partir de tout ça que mes démarches ont été faites pour travailler avec l’inconscient, l’inconscient qui est à la base, et qui me fournit énormément d’information sur ma propre psyché, sur mes propres  symboles.

La communication relationnelle travaille avec ma propre psyché, sur mes propres symboles, Le neuro-coaching et l’Ingénierie des Croyances de Bases travaillent avec mes symboles. Je trouve que c’est génial parce que c’est un travail qui se fait sans douleur avec énormément de douceur, et j’accompagne les individus dans leur propre histoire de vie. Histoire à écrire aussi à partir de ce qui vient de l’intérieur d’eux.

Je dirais aussi qu’un grand nombre de mes outils sont intuitifs, et je dis souvent que j’entends comme si l’âme de l’autre me parlait. Mon corps capte plein d’informations. A partir du moment où j’ai une connexion avec mon client, mon corps m’informe de différentes choses, et j’en fais tout simplement le reflet à mes clients, et pour eux cela a une résonnance. Il y a donc comme deux parties : des outils bien sûrs, mais aussi la personne que je suis et qui a développé toute sa sensibilité.

13.   Quelle relation entretenez-vous avec vos clients ?

C’est une relation dans la durée, mais ponctuelle. Les gens font un bout de chemin avec moi, partent, et reviennent. Mon objectif est de développer l’autonomie. Je ne veux aucune dépendance, je suis comme ça. Il y a un moment aussi où on ne peut pas toujours continuer, il y a des moments où il y aura des arrêts pour prendre le temps de vivre et d’intégrer tout ce qu’on a vu, et d’être capable de voir ce que la vie nous propose en chemin. Moi je pense que j’interviens à des carrefours. Ma force est vraiment dans les transitions, les carrefours ; donc dans des périodes de flou, ou de mal-être.

14.   Comment se déroule une séance ?

En fait j’ai 3 types de séances. J’ai la séance traditionnelle de coaching pur dans laquelle on identifie des objectifs sur lesquels on s’est mis d’accord, le client m’envoie sa préparation, où il en est rendu avant notre rencontre et me parle de ses préoccupations actuelles. Nous regardons les préoccupations actuelles en ligne avec les objectifs mentionnés, si c’est toujours d’actualité, comment on avance là-dedans, de quoi il y a besoin pour aller plus loin… Ce sont des rencontres qui durent à peu près 1h½. La plupart du temps ça se fait entièrement en ligne, au téléphone, sur Skype ou sur Face Time. Au départ mes clients se demandaient si ça serait correct le téléphone. J’ai plusieurs clients que je n’ai jamais reconcentrés face à face, nos contacts ont été très bons dès le départ.

Ensuite j’ai le Neuro-coaching. Au départ c’est un questionnaire de 290 questions qu’on fait en ligne. On a 2 rencontres pour aller plus loin dans le questionnaire, et après ça être capable de s’entendre sur le plan d’action, le talent, les acquis de la personne sur lesquels on va se baser pour aller plus loin, pour le propulser dans l’action, pour le mettre en ligne vers qui il est vraiment. Ces rencontres se font sur Skype ou au téléphone pour la plupart. Quelques clients sont en ma présence, mais très peu. Les gens privilégient énormément les technologies pour gagner du temps et y retrouvent les mêmes bénéfices. C’est une rencontre qui dure à peu près 1 heure. On revient ensemble sur ce qui s’est passé depuis la dernière rencontre, et par la suite je rentre dans les protocoles avec lesquels on va travailler avec la symbolisation de la personne. Rien ne se fait sous hypnose, tout est conscient. C’est avec les images du client qu’on va avancer.

La troisième approche est une approche en Communication Relationnelle, elle se fait au téléphone et présence physique. En Communication Relationnelle pure, si je suis en intervention en entreprise, je privilégie beaucoup la rencontre physique où je travaille avec les symboles et différents outils pour amener une prise de conscience. L’objet, le symbole, permet de détacher la partie émotive et permet à l’individu d’exprimer ce qu’il ressent. C’est très, très, puissant. Les premières fois que les clients commencent à prendre un objet ils me regardent un peu en voulant dire « Est-ce que c’est pas un peu enfantin, tout ça ?! » Le pouvoir de l’objet dans les mains de l’individu lui donne accès à différentes émotions enfouies dont il n’était pas conscient, et l’aide à travailler tout l’aspect émotif et réactif par rapport à des situations.

Et j’ai aussi les rencontres avec le Flow. Le test est passé directement en ligne sur Internet. A partir du moment où je reçois les résultats, la rencontre se fait à 90% au téléphone ou sur Skype avec la personne. On travaille le bilan Interqualia, et par la suite on met en place le plan d’action et le suivi pour aider la personne à se réaliser.

15.   Combien de temps dure un coaching professionnel dans l’ensemble ?

Au moins de 10 à 12 rencontres. Il n’y a pas de changement qui peut s’installer en 1, ou 2, ou 3 semaines, à moins que ce soit une demande ponctuelle avec un besoin très spécifique de coaching par rapport à une situation vécue, ou à une intervention. Pour ce qui est du coaching traditionnel, c’est un minimum de 12 semaines. Mes programmes débutent à 4, 6, et 8 mois, et pour ce qui est de la rencontre avec le Flow c’est un minimum de 3 heures en dehors du bilan passé en ligne. En neuro coaching c’est un minimum de 10 séances.

16.   Où s’arrête votre accompagnement ?

Il s’arrête là où on rentre dans des pathologies. A partir du moment où j’établis le besoin de regarder la situation et de questionner l’ensemble, mon expérience me permet de savoir si avec les outils traditionnels, mes outils, je peux aider. Je dis outils traditionnels, mais ils sont très innovateurs, parce que je travaille à partir des Neurosciences, basées sur la symbolique, sur des méthodes qui ont fait leurs preuves. Par contre à partir du moment où j’ai un doute, je réfère le client à une équipe multidisciplinaire qui est en mesure de l’aider s’il le désire, sinon je lui demande de contacter son médecin. Et s’il y a lieu, même en neuro-coaching, il m’arrive d’avoir un entretien avec le médecin du client pour savoir si le client est apte à ce que nous faisions cette démarche-là ensemble.

17.   Est-ce que ce coaching professionnel est confidentiel ?

Mon Dieu oui ! Il y a des situations où ça m’arrive d’utiliser des codes dans des textes ou des choses comme ça, et personne n’est en mesure d’identifier le client à moins que ce soit le coaché lui-même qui se reconnaisse, mais là encore aucun nom n’est mentionné. C’est un peu comme un confessionnal, tout ce qui se dit reste là.

Au cours de ma vie professionnelle, j’ai travaillé 28 ans dans des institutions financières où le code d’éthique et la confidentialité étaient chose sacrée. Ça l’est toujours parce que dans les sphères où je navigue si cet élément n’est pas là, ça se sait très rapidement, et sinon je ne serais pas capable d’opérer en toute transparence avec les clients.

18.   Comment mesurez-vous le succès d’un coaching professionnel ?

C’est le client lui-même qui le mesure. A la fin de chaque rencontre, je lui demande toujours de partager avec moi ce avec quoi il repart ; ce qui a été le plus marquant. Et quand il se prépare pour notre prochaine rencontre on va plus loin aussi. Donc ça lui permet de faire des prises de conscience à chaque étape. Bien que ce ne soit pas toujours des mesures quantitatives, elles sont souvent qualitatives, et ça amène beaucoup de bien-être intérieur qu’il exprime ; il arrive de plus en plus à nommer aussi ses ressentis. Il se mesure aussi par l’envie qu’a mon client de continuer à avancer et à se sentir mieux.

19.   Quels sont les bénéfices de votre coaching professionnel ?

Pour l’ensemble des bénéfices, je dois vous référer à mon site Web. Mes produits y sont très bien décrits ; tant mon Programme Renaud, que le plan de Neuro-coaching, le Master Profiling, le management par le Flow… tout y est bien décrit, que ce soit pour une organisation ou pour des individus. Je vous invite donc à visiter mon site Web: http://celinerenaud.com

20.   Pouvez-vous nous donner des exemples de réussite à travers l’expérience de vos clients ?

Des témoignages ! Il n’y a rien qui parle plus que les témoignages, et ils sont sur mon site.

21.   Comment vous joindre ?

C’est simple. Vous trouverez mes coordonnées sur http://celinerenaud.com et pour toute question envoyez-moi un e-mail je me ferai un plaisir de vous répondre, ou communiquez avec moi par téléphone ou par Skype et je serai heureuse de répondre à vos questions.

Merci Céline pour cette interview qui est vraiment complète et qui reflète bien ce coaching professionnel que vous pratiquez.

Comme je le pensais, on peut très bien concilier d’utiliser un coach en entreprise pour son bien-être et celui de sa société. Même si il pratique un coaching personnel, on ressent vraiment les effets sur le fonctionnement de son affaire.

Mais vous très chères lectrices, lecteurs, que pensez-vous de ce genre de coaching professionnel entreprise ?